Je ne suis pas sportive

Je ne suis pas sportive - Appren'Tea Chieuse

Aujourd’hui, on va parler sport et nourriture ! Cependant, pas question de conseils types ou de remèdes miracles. Je le dis haut et fort : je ne suis pas sportive. Je ne l’ai jamais été et ne le serai jamais, pour la simple et bonne raison que je n’apprécie pas forcément ça. Je ne suis pas non plus le parfait exemple à suivre pour manger healthy et tout le tralala. A vrai dire j’y travaille, à ma manière. J’avais donc envie de vous parler de ma relation avec le sport, avec la nourriture, sans forcément renter dans le « manger 5 fruits et légumes par jour et faites 2h de sport ». Alors c’est parti !

• Le sport

Dans le primaire/ secondaire

J’ai toujours détesté le sport en primaire, ou au collège/ lycée. Ces deux à trois heures imposées, faites de sports imposés, eux-mêmes imposant des notes pas toujours folichonnes… J’ai toujours trouvé cette façon de faire stupide. Avec le recul et mes nouvelles expériences, je suis arrivée à la conclusion que le sport devait être une source de plaisir et qu’imposer à des élèves des choses qu’ils ne savent/ veulent pas faire n’a aucun intérêt, d’un point de vue physique ou pédagogique.

Pour faire court, ces douze années m’ont convaincue que le sport n’avait rien d’attrayant, qu’il s’agissait d’une torture plutôt que d’un plaisir. Pour moi, les jours de sport étaient systématiquement synonymes de stress : j’étais nulle, pas très souple, pas très agile, j’avais peur des ballons (principalement parce que j’avais peur de casser mes lunettes en fait), je ne savais pas faire de roulade, je détestais la gym, je n’aimais pas me mettre en maillot de bain devant les autres, j’étais lente, j’étais rondouillette, j’avais constamment des mauvaises notes (sauf à quelques exceptions près). Je DETESTAIS ça. A peu près tout sauf peut-être le basket, mais j’avais du mal à tenir la route à cause de mon asthme.

Bref, le sport c’était vraiment pas ma tasse de thé. On me rétorquait souvent, du fait de mes bonnes notes dans les autres matières, qu’il fallait bien quelque chose pour que ceux qui n’étaient pas très scolaires puissent remonter leur moyenne… J’ai du mal à être objective sur la question : d’un côté je me dis qu’on ne peut pas vraiment comparer un travail « intellectuel » et un travail physique, mais de l’autre je me dis que c’est peut-être juste, finalement.

A la fac

Malgré tout, mon avis catégorique sur le sport tend à changer au fil des années. Je vous expliquais dans mon article Une citadine à la campagne que je n’aimais pas non plus marcher, même sur de petites distances. Ça aussi ça change. J’habite juste à côté du centre-ville, et il ne m’arrive que très rarement de prendre le bus pour m’y rendre (sauf force majeure : la pluie).

Ensuite, nous avons la chance d’avoir un Service Universitaire des Activités Physiques et Sportives (le SUAPS pour les flemmards (comme moi)). L’inscription à un sport pour l’année entière coûte un peu plus de 20€, et chaque sport ajouté coûte une dizaine d’euros (toujours à l’année). Je pourrais citer plusieurs avantages : le prix, déjà, hyper accessible pour des étudiants, le nombre conséquent d’activités proposées, des sports collectifs aux activités de bien-être ou artistiques, les équipements mis à disposition, la possibilité de tester sans payer pendant les deux premières semaines de reprise…

L’année dernière, je m’étais inscrite à la danse contemporaine : je n’ai pas accroché du coup j’ai laissé tomber. Par contre, cette année, j’ai découvert le step, et là ça a été la révélation du siècle. Moi qui rechignais à la moindre activité physique, j’ai finalement réussi à trouver un sport qui me plaît vraiment, et auquel j’ai envie de retourner chaque semaine !

Et même si je ne suis pas devenue une grande sportive, j’ai enfin pu comprendre que le sport ne devait pas être une torture mais un moment de plaisir. Et ça ne veut pas dire que la motivation est systématiquement là, mais si je me pousse un peu, et que je m’y rends, à la fin je me sens toujours bien. Je peux y aller un peu boudeuse, un peu à reculons, mais une fois qu’on a commencé je sais qu’arrivée au bout, je serai satisfaite.

Parfois c’est difficile, ça tire, j’ai plus de souffle, j’ai mal aux jambes, j’ai plus de force, mais je tiens tant que possible. Y a de la musique, un prof avec une pêche incroyable, on s’éclate.

• Les applications qui peuvent aider

Je ne suis pas ici pour parler des applications dans lesquelles vous pouvez rentrer vos repas, compter vos calories, etc… Si le principe d’un suivi des repas, des quantités d’eau bue et j’en passe me semble intéressant, je ne suis pas spécialement pour compter les calories que j’ai le droit d’ingurgiter, ou suivre un régime restrictif à cause de ça.

Pump up

Je ne suis pas sportive-PumpUp

J’ai découvert cette application sur la chaîne YouTube de Jenesuispasjolie, qui la présentait dans une de ses vidéos.

Pump up est une application qui permet un suivi du poids à travers des objectifs (0.25kg, 0.5kg ou 1kg par semaine). Il s’agit en fait d’une sorte d’Instagram version fitness. On a la possibilité de poster des photos, de partager une activité, un suivi de poids (qu’on peut bien entendu basculer en privé), etc…

Pump Up est avant tout une communauté : on retrouve certains comptes assez « classiques » de personnes hyper bien gaulées, qui mangent super bien et font du sport tout le temps, mais aussi des personnes comme moi, qui manquent de motivation, qui mangent trop et assez mal, et qui cherchent du soutien. L’équipe Pump Up publie régulièrement des petits défis ou des encouragements qui s’avèrent plutôt efficaces, du moins sur le moral. Il y a également des séances d’exercices que l’on peut rechercher suivant leur durée ou difficulté.

L’originalité de Pump Up est de ne pas se focaliser sur les calories et les repas mais plutôt sur l’échange. Ce sont les utilisateurs qui vous suivent qui vous donnent parfois des conseils, chacun partage ses idées, ses recettes, ses exploits, sa motivation, son énergie… bref, c’est vraiment entraînant.

Je ne suis pas très active sur l’application mais je m’inspire beaucoup des comptes que je suis ou que je vois défiler dans le fil d’actualité. Pour finir, le design est sympa, pas trop chargé, assez facile à prendre en main.

Vous pouvez télécharger Pump Up pour iOS ou Android 🙂

30 Day Fitness Challenge

Celle-ci, je l’ai trouvée sur Pump Up justement ^^ C’est une application assez simple, qui propose plusieurs challenges de 30 jours (d’où le nom, n’est-ce pas), divisés en 4 catégories – abdos, flexions, pompes, et un mix de tout, elles-mêmes divisées par niveau.

Quand je publierai cet article je serai rendue à mon troisième jour, et je pleure d’avance de devoir faire 75 squats alors que j’ai step le soir-même.

Si vous avez envie de faire un peu d’exercice mais que vous n’êtes pas très doué(e), je vous conseille cette application ou une similaire (il en existe des tonnes) pour bouger un peu vos p’tites fesses. J’ai commencé par le niveau le plus facile pour les pompes et les flexions, et jusqu’ici ça me semble faisable.

Ça nécessite juste un chouïa de motivation, du genre se lever 5/10 minutes plus tôt (je sais, c’est énorme quand on est amoureux(se) de son lit) le matin pour avoir le temps de faire ces quelques exercices 🙂

• La nourriture

Même si ce n’est pas le sujet principal de l’article, je tenais quand même à faire un petit point sur la nourriture. Je suis une vraie gourmande, voire addict à la bouffe. Je mange à peu près tout le temps (non ça ne signifie pas que je passe de 8h du matin à 8h du soir avec des gâteaux dans les mains). J’entends par là que mon humeur altère peu ma façon de m’alimenter. Je me goinfre que je sois contente ou triste, zen ou stressée.

Et puis on choisit tellement plus facilement un resto ou des pizzas, pour ne citer qu’eux, plutôt que les légumes qui traînent dans le bac de notre frigo. Question de flemme, par manque de temps, par manque d’envie.

A côté de ça, on est bombardés d’images de personnes tellement bien foutues qu’on les envie, qu’on les jalouse. Parce qu’elles elles sont belles, ont un ventre plat, des muscles, un thigh gap, un corps élancé… Cette mode du healthy dépasse le simple fait de manger bien pour se sentir bien – ce qui en soit est une bonne chose. Mais le « vivre healthy » s’accompagne de plus en plus de stéréotypes, de restrictions, d’images irréelles. On voit constamment des articles/ vidéos qui assurent que c’est mauvais de manger telle ou telle chose si on souhaite perdre du poids. Parfois c’est la vérité, parfois non. D’où la nécessité de peser le pour et le contre.

Je ne suis pas sportive - Healthy Food

Je suis totalement pour le fait de s’alimenter correctement, tout en faisant du sport. Cependant, on se retrouve facilement embarqués dans cet engrenage qui veut que l’on suive des comptes insta, facebook, twitter, etc. dits « healthy », et qu’on finisse par culpabiliser parce qu’on est incapables du jour au lendemain de changer nos habitudes et de perdre des kilos et des kilos. Pendant un moment, je suivais énormément de « fit girls » et j’ai finalement décidé de n’en garder que quelques-unes car je commençais à me sentir mal de ne pas ressembler à ces filles, de ne pas réussir à faire autant de sport ni à manger aussi bien qu’elles.

Je ne dis pas que ces personnes n’ont pas de crédibilité, d’autant plus qu’elles peuvent être une source d’inspiration pour beaucoup, seulement qu’il est nécessaire de faire la part des choses et de ne pas se lancer dans un rééquilibrage alimentaire et des séances de sport juste pour leur ressembler.

Je reviens sur Pump Up, mais je pense sincèrement qu’il s’agit d’une bonne alternative aux applications de fitness classiques. Ici, on conserve notre individualité tout en faisant partie d’une communauté, et c’est vraiment chouette ! 🙂

• Le mot de la fin

Et si je devais donner un dernier conseil, que je ne suis pas la première à donner mais auquel je crois ENFIN, c’est qu’il faut aller à son rythme, que l’on veuille perdre du poids, en gagner, se muscler, ou simplement se tenir en forme. Quand on n’est pas sportif(ve), ça ne sert à rien de passer de 0h de sport à 10h si on finit par tout lâcher au bout d’une semaine. Autant prendre son temps et faire petit à petit. Et ça revient au même pour la nourriture. Personnellement il était hors de question que je change mon alimentation de manière drastique : le seul résultat qui en découle est la frustration. Il vaut mieux tenter d’éviter les grignotages, manger plus le midi mais moins le soir, etc.


Voilà voilà, cet article touche à sa fin ! J’espère qu’il vous aura intéressés ! Alors, sportif(ve) ou pas spotif(ve) ? 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

You might also like

Comments (4)

  • Agathe 2 années ago Reply

    Article intéressant ! 🙂 ( je sais je dis ça pour tout tes articles mais en mm temps je le pense alors bon x))
    Bref … Le point fort c’est qu’il est clair et pas non plus trop ciblé et du coup la plupart peuvent s’y retrouver 🙂
    Je suis d’accord sur le fait qu’il faut aller à son rythme, c’est indéniable ^^ tout changement brusque qu’on fait subir à notre corps, il nous le rend bien :/
    Moi aussi je suis un peu flemmarde et souvent j’ai pas envie d’aller à mes entrainements mais comme tu l’as si bien dit, une fois qu’on en revient on est contente 🙂
    Sur le sport à l’école, je suis plus partisante pour dire que je trouve ça juste qu’il y en ai, déjà parce que ça peut permettre de découvrir certains sports et aussi parce que c’est un moment où tu peux passer de bons moments avec tes amis ( bon à part quand tu détestes le sport ) mais quand même, ça permet de faire un break dans le travail intellectuel ^^
    Après tout ce qui est application j’ai jamais essayé, mais je pense que ça doit être bien autant pour motivé ceux qui ont dû mal à s’y mettre, que les sportifs en tout genre qui ont des objectifs 🙂
    C’est vrai que la société nous impose une certaine image à tenir, et elle a pas toujours raison. Mais du moment que tu te sens bien dans ta peau et que ton alimentation et ta manière de vivre n’affecte pas ta santé, pour moi c’est l’essentiel. Après forcément, je comprends pas ce que tu vis, car j’ai jamais eu ce genre de problème, mais il n’empêche que je vois pourquoi une personne qui aime pas le sport peut souffrir de son corps quand elle prend facilement du poids ou qu’elle arrive pas a en perdre. Du coup, je te soutien dans ta démarche et je te trouve très courageuse de pas tout avoir abandonnée 🙂 Le sport c’est aussi fait pour se dépasser, physiquement surtout mais aussi mentalement, je trouve que ça a beaucoup de vertu, même si pas que, mais ça c’est une autre histoire ^^ »

    Mélanie 2 années ago Reply

    Haha merci ^^

    Oui c’est pour ça que j’ai essayé de rester assez « neutre ». Enfin comme je disais d’un côté c’est chiant, de l’autre c’est assez juste.

    Oui ça aide vraiment 🙂

    Bah justement je me sens moyen et j’ai atteint un point « critique » on va dire où j’en ai marre de me laisser aller, de pas bouger et de manger n’importe quoi. Du coup j’essaie de rétablit un équilibre doucement 🙂 Mais ce qui m’inquiète surtout c’est que ces images comme tu dis il y a des tonnes de jeunes (fille ou garçon) qui les voient et qui s’en inspirent et pensant systématique que c’est ce à quoi ils doivent ressembler… :/

    Bah après j’ai déjà abandonné des dizaines et des dizaines de fois haha là ça va mieux et je m’en sors mieux parce que je le fais pas dans la même optique qu’avant. Avant j’y allais toujours à reculons, des petits exercices comme des squats/ abdos ça me saoulait et finalement je tenais pas longtemps. Là j’en suis qu’à mon 5e jour mais c’est déjà un exploit parce que je les tiens. Et je me suis rendu compte que ça ne prenait vraiment rien comme temps, il suffisait de 5/10 minutes dans une journée et c’était bouclé. Du coup chaque jour ça me donne envie de cocher ma p’tite case pour dire que j’ai bien fait mon quota d’exercice ^^

    Merci pour ton commentaire, comme d’habitude :* et désolée de ma longue réponse x)

    Agathe 2 années ago

    Oui forcément y a des hauts et des bas mais tu es en progression, tu as pas tout abandonné 🙂 C’est bien tu as changé d’optique et ça paye 😉
    Oui la majorité du problème réside dans les stéréotype –‘
    Haha la petite fierté de la journée, cochée la case 🙂
    De rien :p oh bah nope tkt ^^

    Mélanie 2 années ago

    Oui, pour une fois je suis fière de moi 😛

    Exactement ! Mais c’est difficile à déconstruire :/

Leave a Reply

*